Contre les bars à chats

En illustration, une photo de Tali, qui partage ma vie

En 1998 à Taïwan, le premier bar à chat a ouvert ses portes. Mais c’est surtout au Japon que le concept a été popularisé et on en trouve maintenant un peu partout dans l’archipel. Depuis 3 ou 4 ans on en trouve aussi dans quelques villes françaises.

Sur le papier l’idée est séduisante, un bar cosy avec des beaux chats à câliner pour se détendre, qu’on peut même adopter puisqu’en France les bars à chats collaborent avec des refuges qui leur fournissent leurs pensionnaires.

Voilà pour l’image idyllique. En réalité ces bars posent deux types de problèmes.

Un cadre de vie inadapté

Le premier est qu’un bar n’est pas un lieu adapté à la vie d’un chat. Vous aimeriez vivre 24h/24 dans un bar ? Non, n’est ce pas. Et bien les chats non plus. Ce sont des animaux qui ont des besoins physiologiques spécifiques comme de dormir 16h par jour (20h pour les chatons), et qui sont plutôt nocturnes que diurnes. Ceci est incompatible avec les horaires d’un bar qui est ouvert principalement la journée et éventuellement début de soirée ; au Japon une réglementation les oblige à fermer à 20h, mais ce n’est pas le cas en France où ils peuvent être ouvert, par exemple, de 12h à 22h30. C’est évidemment beaucoup trop pour un chat qui n’aura pas la possibilité de dormir tranquillement ses 16h quotidiennes.

De plus les chats sont des petits animaux à la santé fragile, surtout au niveau des reins et du cœur. Iels sont casaniers, aiment la tranquillité et le calme, ont peur des gens qu’iels ne connaissent pas, aiment la routine et détestent le changement. Ils stressent facilement, notamment quand les conditions citées ne sont pas réunie. Or le stress leur provoque de graves problèmes santé au cœur, qui peuvent leur être fatal et raccourcissent leur espérance de vie. Malheureusement un bar n’est un lieu qui peut leur fournir un cadre de vie idéal puisqu’un bar est bruyant (au moins un peu oui), il y a du mouvement permanent car les clients vont et viennent toute la journée, il y a tout le temps de nouvelles têtes que les chats ne connaissent pas. Tout ceci peut être une source de stress constant pour les chats. On peut nuancer ce propos en disant que les bars interdisent en général de toucher les chats contre leur gré et obligent à les laisser dormir tranquillement. Mais ceci est le minimum du minimum et c’est largement insuffisant pour prendre soin de chats.

Les chats ne sont pas des objets

Le deuxième problème que ces bars pose est la marchandisation des chats. Un bar est une entreprise commerciale qui doit dégager du profit pour pouvoir continuer à prospérer et faire vivre les patrons et employés (surtout les patrons…). Pour ce faire, les chats ne représentent que le produits d’appel, destiné à attirer les clients et les faire consommer leurs boissons. En effet beaucoup de gens adorent les chats et leur compagnie, et un bar à chat est très pratique pour celleux ne pouvant prendre un animal chez eux pour diverses raisons, cela leur donne donc l’occasion d’en fréquenter. Mais c’est traiter les chats comme des objets et de la marchandise, dont le but est uniquement de ramener de l’argent aux propriétaires du bar. A noter qu’un bar a été fermé au Japon pour maltraitance des chats. Au final, les chats ne sont pas vu comme des animaux libres et indépendants qu’on doit respecter, mais comme des ressources à exploiter pour rapporter de l’argent. Cela pose problème au niveau de l’éthique, particulièrement dans le cadre du véganisme et de la lutte pour l’abolition de l’exploitation des animaux (j’ai vu des véganes défendre ces bars, je ne comprends pas).
Le pire est que ces bars n’ont même pas l’air très rentables puisqu’au moins deux d’entre eux en France ont fermé faute d’argent, un à Paris et un à Bergerac.

Hélas le concept des bars à chats ne s’arrête pas là puisqu’on voit maintenant fleurir des bars à chiens, lapin, hérisson… (oui vous avez bien lu, bar à hérisson).
Quelque soit l’animal le problème reste le même puisqu’un bar n’est pas un lieu de vie adapté aux animaux et qu’iels restent considérés comme des objets à exploiter pour faire du profit.

Et vous, connaissez-vous les bars à chats ? Qu’en pensez-vous ?

Be the first to comment

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.