Pourquoi le véganisme

N.B. : cet article était à la base destiné à devenir un tract, ça ne s’est pas fait, je le publie donc ici.

Notre société considère les animaux comme des objets et des ressources pouvant être exploités selon notre bon vouloir. Nous consommons leurs chairs, leurs laits et leurs œufs, nous les emprisonnons dans des cages et nous les obligeons à nous divertir. Puis quand nous considérons qu’ils ne sont plus rentables, nous les tuons. Le nombre d’animaux terrestres égorgés dans les abattoirs s’élève à 65 milliards, sans compter les centaines de milliards d’animaux marins abattus chaque année.

Pourtant, nous prétendons aimer les animaux et nous soucier de leur sort. Peut-on à la fois aimer et tuer des individus ? C’est évidemment incompatible, et la société reconnait ainsi qu’il est immoral de faire souffrir les animaux. Alors pourquoi continuer ?

Il est aujourd’hui reconnu que nous n’avons pas besoin de manger de la viande, des produits laitiers et des œufs pour vivre en bonne santé. Le régime végétalien est adapté à toute personne, à tout stade de la vie. Nous pouvons donc nous passer de les exploiter et les tuer pour nous nourrir. De même nous n’avons pas besoin de nous vêtir de leurs peaux ou de parquer des animaux dans des zoos ou des cirques pour notre divertissement.

Nous savons que les animaux ressentent la douleur de la même façon que les êtres humains et possèdent une conscience et une vie intérieure aussi riche que la nôtre. La souffrance ressentie dans les fermes, dans les abattoirs, sur les bateaux de pêche, les centres d’équitation, de corrida, les usines de fourrures, etc, est ainsi immense, et serait considérée comme de la torture s’il s’agissait d’êtres humains.

Il existe un moyen très simple de ne plus participer à cette souffrance inutile. Il suffit de devenir vegan. Le veganisme est un mode de vie et une lutte politique consistant à boycotter les produits d’origines animales. Concrètement il s’agit d’adopter un régime alimentaire végétalien, de se vêtir de fibres végétales ou synthétique, d’éviter les loisirs impliquant des animaux et de ne pas acheter de produits ayant été testé sur les animaux.

Cela est extrêmement simple à mettre en place et modifie très peu nos habitudes de vie. La non-consommation de produits d’origines animales a un impact très fort sur les industries exploitant les animaux, en faisant baisser la demande et donc leur production.

Nous demandons l’abolition immédiate de toute forme d’utilisation des animaux. Cette abolition n’est pas une simple volonté de réforme de l’industrie, il ne faut pas des cages plus grandes pour les animaux mais la disparition de ces cages. Il n’y a pas de raison d’exploiter un animal quel que soit la façon dont il est élevé. Il est impossible de tuer « humainement » des animaux, aucun d’entre eux n’ayant la volonté de mourir volontairement. De même, cesser de consommer de la chair, tout en continuant de consommer des produits laitiers et des œufs, ne contribue pas à sauver des animaux car les vaches et les poules finissent aussi à l’abattoir pour être manger. Le véganisme est ainsi la seule alternative valable.

La moitié des foyers vivent avec un ou des animaux dit de compagnie, nous les aimons, les choyons, nous nous indignons quand du mal leur est fait, et il ne viendrait à l’idée de personne de les tuer et les manger. Alors pourquoi ne pas étendre notre empathie aux autres animaux peuplant notre planète ?

Libérez les animaux, devenez vegan !

Be the first to comment

Leave a Reply